Job

Consultant chargé d’aider à la révision la Contribution Déterminée Nationale (CDN) en matière d’atténuation des mesures pour lutter contre les effets du Changement climatique

Consultant chargé d’aider à la révision la Contribution Déterminée Nationale (CDN) en matière d’atténuation des mesures pour lutter contre les effets du Changement climatique

Language:
Type of offer:
Consultancy
Description
Les changements climatiques représentent l’une des plus grandes menaces à laquelle l’humanité est confronté de nos jours. Ils se caractérisent par une accentuation des phénomènes climatiques extrêmes tel que les ouragans, les tsunamis, les sécheresses, les plus diluviennes qui engendrent des inondations, des érosions ou des glissements de terrain.

Ces phénomènes extrêmes ont des conséquences néfastes sur les populations et les écosystèmes et menacent à terme non seulement le cadre de vie et la sécurité alimentaire mais en définitive la survie même des hommes sur terre. Dans la perspective de lutter efficacement contre les changements climatiques, la Communauté Internationale réuni à Rio de Janeiro en 1992, au Brésil, à l’occasion du Sommet des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement a mis en place trois Conventions dite Convention de Rio parmi lesquelles figure la Convention Cadre de Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

La République du Congo a ratifié la Convention Cadre des Nations sur les Changements Climatiques en 1996 et le Protocole de Kyoto visant la réduction des Gaz à effet de Serre en 2007.

Couvert à plus de 65% de Forêts, le Congo s’est très tôt engagé dans la gestion durable de ses ressources naturelles et de son environnement à travers la mise en place d’une législation et de politique en la matière. Ainsi, grace à l’aménagement forestier le Congo figure parmi les pays à faible taux de déforestation de l’ordre de 0,052% et compte 17 aires protégées représentant 13% du territoire national.

Adopté en 1996, le Plan National d’Action pour l’Environnement (PNAE) constitue le cadre référentiel pour la gestion durable de son patrimoine environnemental. Cet exercice de planification a joué un rôle central dans l’identification de la vulnérabilité du pays face aux effets du changement climatique. Le PNAE a été révisé en 2018 afin de l’aligner aux nouveaux enjeux nationaux et internationaux dans le domaine.

Ces dernières années, le pays a renforcé les mécanismes de gestion durable de son environnement et de ses écosystèmes forestiers, notamment par l’élaboration de sa stratégie Nationale REDD+ et sa Stratégie Nationale de Développement Durable.

Toutefois, bien qu’il n’émette qu’environ 1,7 T de CO2 par habitant et par an, le Congo subit déjà les effets du changement climatique. Cette vulnérabilité est aggravée par de multiples contraintes biophysiques qui sont des entraves au développement, ainsi que par la faiblesse de ses capacités d’adaptation.

Dans le cadre du respect des obligations relatives à la mise en œuvre de la CCNUCC, en rapport avec l’agenda international, le Congo a eu à produire :

1)  sa communication nationale initiale en 2001 ;

2) sa seconde communication nationale en 2009 ;

Le pays est en cours de rédaction de sa troisième communication nationale et se prépare également à lancer son premier Rapport Biannuel Actualisé.

Toujours au titre de ladite Convention et dans le cadre de la tenue en 2015 de la COP 21 à Paris en France, la République du Congo a soumis son document relatif aux Contributions Prévues Déterminées au niveau National (CPDN) au Secrétariat de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CNNUCC), et a ratifié l’Accord de Paris sur le Climat le 21 avril 2017.

Le Congo, considéré comme pays à revenu intermédiaire dont l’essentiel de l’économie est basé sur les dividendes issues de l’exploitation des ressources naturelles, s‘est engagé à diversifier son économie. Cet engagement est traduit dans son Plan National de Développement (PND) qui couvre la période 2018 -2022. Ce document de prospective programmatique est structuré en trois axes, à savoir :

Renforcement de la gouvernance, comme facteur transversal essentiel et déterminant des progrès dans tous les autres piliers du développement. Cela sous-entend qu’une gouvernance renforcée dans tous les domaines : politique, sécuritaire, juridique, administratif et économique est indispensable à l’amélioration du climat des affaires, la réforme du secteur public, la qualité de la gestion économique et financière, la qualité des politiques, des investissements, des services publics ;
Capital humain, entendu par là, la promotion de l’éducation civique et la lutte contre les antivaleurs, ainsi que la réforme en profondeur du système éducatif, de la formation qualifiante et professionnelle ;
Diversification de l’Economie comme secteur porteur de croissance qui prend en compte, l’agriculture au sens large, le tourisme couplé avec la poursuite de l’industrialisation de notre l’économie pour un impact à court, moyen et long terme. Il s’agit notamment, pour le secteur agro-pastoral, de renforcer la sécurité alimentaire et l’inclusion économique des plus démunis et des femmes, particulièrement en zone rurale.
Les perspectives de développement et diversification économique du Congo pourrait avoir une incidence négative sur les écosystèmes naturelles s’ils ne sont pas ne sont strictement orienté vers des objectifs de développement bas carbone.

Aussi, la contribution déterminée au niveau national (CDN) de la République du Congo élaboré en 2015 vise à réduire dans un scénario bas-carbone conditionnel (dépendant des engagements de la communauté internationale), les émissions cumulées de gaz à effet de serre (GES) de plus de 8 100 KTCO2 annuellement à partir de 2025, soit 48 % par rapport au scénario tendanciel et de 18 700 KTCO2 annuellement à partir de 2035, soit 54% par rapport au scénario tendanciel. Les émissions de GES, hors forêts, s’élèvent à 2 068 KTCO2. Sur le plan énergétique, hors mines, le mix actuel est de 75% pour le gasoil et de 25 % pour l’électricité. Il passerait dans le scénario tendanciel de 50 % de gasoil en 2025 et à 25 % en 2035. Le scénario bas-carbone conditionnel pourrait être assuré à 80 % par l’électricité et 10% par la biomasse.

Ces émissions sont largement compensées par la capacité de séquestration des forêts congolaises, évaluée à 72 729 KTCO2 (puits naturel forestier).

Les secteurs de développement économiques clés couverts par les réductions des émissions de GES sont l’Energie (15%), l’Agriculture (21%) et l’Utilisation des Terres, Changement d’Affectation des Terres et Foresterie (UTCATF) (64%). Les secteurs vulnérables concernés sont (i) l’énergie, (ii) l’agriculture, (iii) les établissements humains (bâtiments et ville) et la santé, (iv) les ressources en eau, (v) l’érosion côtière et (vi) l’affectation des terres, changement d’affectation des terres et foresterie.

Malgré les efforts entrepris par le pays dans le cadre de la réduction de son niveau d’émission des GES à travers la gestion durable de ses écosystèmes forestiers, notamment par l’aménagement forestier, l’adhésion au processus REDD+ ; au Fonds Vert pour le Climat ; au Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, le rythme des avancées dans le domaine demeure insatisfaisant faute de moyens financiers adéquats pour la mise en œuvre des CDN qui souffrent à ce jour : (i) du manque de visibilité sur les initiatives entreprises au niveau national en lien avec les CDN, (ii) du manque d’appropriation des objectifs inscrits dans les CDN par les ministères sectoriels, (iii) de l’insuffisance de communication auprès des sectoriels sur les engagements du Congo vis-à-vis de l’Accord de Paris, (iv) de la faible capacité technique des acteurs sectoriels à traduire les CDN en actions concrètes, (v) de la faible capacité à utiliser les outils d‘évaluation et de reporting des émissions de gaz à effet de serre (GES), (vi) de la faible prise en compte des questions du genre dans la planification sectorielle en matière des changements climatiques et (vii) de la faible implication du secteur privé et des organisations de la société civile dans la mise en œuvre des CDN.

 

Au regard de ce qui précède, et en appui au Ministère du Tourisme et de l’environnement qui coordonne les efforts nationaux dans le domaine, le PNUD a disponibilisé un financement pour la République du Congo dans le cadre de l’initiative « Climate Promise », ou Promesse Climatique. Ce financement a pour objectif d’appuyer le Congo dans la révision de sa CDN, conformément aux exigences de la Convention. Ainsi, le PNUD recherche un consultant chargé du volet attenuation dans la de révision de la CDN du Congo et veiller à ce que les objectifs de la Promesse Climatique soient atteints.

Location: CONGO
Organization: UNDP
Deadline: September 20, 2020
External website link: https://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?cur_job_id=93983
Menu